Variante

Cil qu'estaublit Pierre l'apostre

 

 

Source:
Metz, ms. 82  
Incipit:
Cil qu'estaublit Pierre l'apostre  
Titre:
Patenostre de la guere de Metz (titre donné par la rubrique)
 
Édition:
La guerre de Metz en 1324, poème du XIVe siècle, éd. E. de Bouteiller, Paris, Firmin Didot, 1875. 359-367  
Bibliographie:
 
Emplacement dans le manuscrit:
folio  
Contexte:
 
Le texte précédent (est):
fait partie de notre répertoire  
Le texte suivant (est):
fait partie de notre répertoire  
 
 
 
 
 
Remarque:  
Rubrique
C'est une Patenostre de la guere de Metz que Robin de la Valée fist (rubrique précédent l'ouvrage - incipit)
(Amen)
 
Concordance avec les répertoires:
Naetebus: XXIX,18
Långfors: 65
 
Auteur:
Robin de la Valée (attribution par les rubriques)
 
Auteurs secondaires:
 
Versification:
(texte entièrement en vers)
(poème strophique)
(poème isostrophique)  
Nombre des strophes:
30  
Remarque:
 
Mètre:
poème bâti de strophes isométriques



 
Formules de rime, structure syllabique:
abstraction 8aabaab
Réalisation, s'il y a divergences  
Timbres des rimes:
1 -ostre, -ains
2 -eire, -is
3 -estre, -is
 
« Gonisme » du poème:
poème hétérogonique sans contraintes
Proportion des timbres de rimes féminines / masculines
F: 46%, M: 54%
Remarque:  
Modèles – Sources – Imitations:
  Sources Imitations
modèle littéraire Pater noster
modèle métrique
modèle mélodique
Rapport intertextuel - prière glosée - Pater noster
 
Musique:
texte probablement non-chanté  
Datation:
datation proposée par la postérité: vers 1325
 
Genre litteraire:
patenostre (genre donné par la rubrique)
 
Niveau du texte:
partie d'un recueil  
PUBLIC:
 
Fonction:
fonction religieuse / dévotionnelle  
Usage:
usage public  
Caractère Thématique:
religieux
 
 
 
Outils rhétoriques significatifs:
diverses contraintes d'organisation hyperstrophique: coblas capdenals - Pater noster glosé, chaque strophe de 2 à 30 commence par un mot de la prière.
prière: A Dieu
 
 
 
Mise en page:
 
Langue:
bilinguisme dans les débuts de strophes (p. ex. Ave Maria glosé)  
Le dialecte spécifique du texte:
lorrain  




© 2009-2011 Seláf Levente