Variante

Tu qui as en pechié vescu tout ton aage

 

 

Source:
Paris, BNF fr. 24432  
Incipit:
Tu qui as en pechié vescu tout ton aage  
Titre:
Dit du chevalier qui devint hermite (titre donné par la rubrique)
 
Édition:
Munk Olsen, B.: Dits en quatrains d'alexandrins monorimes de Jehan de Saint-Quentin, Paris, Société des anciens textes francais, 1978. 86-92  
Bibliographie:
 
Emplacement dans le manuscrit:
folio 118v-120v  
Contexte:
 
Le texte précédent (est):
fait partie de notre répertoire  
Le texte suivant (est):
fait partie de notre répertoire  
 
 
 
 
 
Remarque:  
Rubrique
Cy commence le dit du chevalier qui devint hermite (rubrique précédent l'ouvrage - incipit)
Exolicit le dit du chevalier hermite (rubrique de clôture - explicit)
(Amen)
 
Concordance avec les répertoires:
Naetebus: VIII,4
Långfors: p. 413
 
Auteur:
Jehan de Saint-Quentin (attribution possible à cause de la parenté (formelle ou thématique) du texte avec d'autres textes attribués à quelqu'un dans le manuscrit)
 
Auteurs secondaires:
 
Versification:
(texte entièrement en vers)
(poème strophique)
(poème isostrophique)  
Nombre des strophes:
43  
Remarque:
 
Mètre:
poème bâti de strophes isométriques
type de césure: 6/6


 
Formules de rime, structure syllabique:
abstraction 12aaaa
Réalisation, s'il y a divergences  
Timbres des rimes:
1 -age
2 -er
3 -é
 
« Gonisme » du poème:
poème hétérogonique sans contraintes
Proportion des timbres de rimes féminines / masculines
F: 27%, M: 73%
Remarque:  
Modèles – Sources – Imitations:
  Sources Imitations
modèle littéraire
modèle métrique
modèle mélodique
Rapport intertextuel  
Musique:
texte probablement non-chanté  
Datation:
 
Genre litteraire:
dit (genre donné par la rubrique)
 
Niveau du texte:
partie d'un recueil  
PUBLIC:
 
Fonction:
fonction didactique  
Usage:
usage public  
Caractère Thématique:
religieux
 
 
 
Outils rhétoriques significatifs:
prière: Au Seigneur (a la fin du poeme)
 
 
 
Mise en page:
texte écrit par vers  
Langue:
texte en ancien français  
Le dialecte spécifique du texte:
 




© 2009-2011 Seláf Levente